Agir ensemble pour les hirondelles à Toulouse !

En novembre 2012, Habitat Toulouse, gestionnaire de logements locatifs sociaux, contacte l’association Nature Midi-Pyrénées afin que nous puissions leur apporter des conseils quant à la préservation d’une colonie d’Hirondelles de fenêtre installée sur des bâtiments de la Cité Madrid.

Située dans le quartier des Sept Deniers à Toulouse, la Cité Madrid va en effet faire l’objet de travaux de réhabilitation thermique. Cette intervention, sur la façade extérieure, impose l’enlèvement des nids et impacte donc de façon forte sur cette colonie de Delichon urbicum, une des plus grandes de la ville.

PNG - 334 ko
Avant et pendant travaux
Photos Nature Midi-Pyrénées


L’espèce, encore présente à Toulouse, n’en demeure pas moins en diminution comme ce qui est constaté sur le territoire national et mis en avant par l’enquête qu’avait mené Nature Midi-Pyrénées entre 2010 et 2012. En ville, la rénovation du bâti ancien, la destruction directe des nids et le nouvel habitat, peu favorable à l’installation de nids, comptent parmi les facteurs qui impactent négativement les populations d’hirondelles (et d’autres espèces). L’étalement urbain et l’usage de pesticides jouent quant à eux sur la disponibilité des proies ou l’accès à des zones de boue par exemple.

Face à cela, Nature Midi-Pyrénées et ses adhérents restent vigilants à toute atteinte aux colonies existantes, comme c’est le cas sur la Cité Madrid. Toutes les espèces d’hirondelles étant en France intégralement protégées, la destruction d’individu ou de nid est totalement interdite. Les dérogations doivent se faire sous forme de dossiers exceptionnels traités par la DREAL.

Dans le cas de la résidence Madrid, afin de palier la destruction des nids, Nature Midi-Pyrénées a accompagné Habitat Toulouse dans la mise en place de mesures compensatoires mais également dans le phasage des travaux afin de prendre en compte l’écologie de cette espèce.

Rapidement, un très bon contact s’instaure entre l’association et Habitat Toulouse, permettant un travail commun en confiance.

La première mesure consiste en l’installation de nids artificiels visant à attirer à nouveau les hirondelles sur le site et maintenir ainsi l’attractivité des bâtiments. Un contrôle au printemps 2013 permet de constater que tous les nids ou presque étaient occupés, fait étonnant pour un dispositif en principe moins efficace. Sur le maintien de l’espèce sur site, l’opération est une réussite. Toutefois, un point noir vient nuancer cela : seul un nid « naturel » a été construit, d’autres essais ont été avortés, le crépis ne semblant pas convenir pour le maintien de la boue. Ce risque était ciblé en amont du projet car bien souvent la modification de la granulométrie entraîne une désertion du site par les oiseaux qui ne peuvent plus fixer leurs nids.

PNG - 281.5 ko
Les nids artificiels occupés
Photos D. Taillefer


Dans le cas présent, l’objectif n’est évidemment pas de maintenir une colonie « en nids artificiels » mais de permettre aux hirondelles de trouver un support à nouveau adéquat. Dans cette optique, le partenariat avec Habitat Toulouse est exemplaire, permettant un suivi des mesures mises en place mais surtout une réévaluation et, si besoin, une correction de celles-ci.

Ainsi, durant l’automne-hiver 2013-2014, une nouvelle intervention est prévue afin d’installer un petite équerre de bois créant un « rebord » facilitant appui et maintien des nids. Dans le même temps la planche perpendiculaire à la façade permettra la récupération des fientes seront mises en place pour éviter des salissures trop importantes et permettre aux habitants de la Cité Madrid de continuer à profiter de la présence des Hirondelles de fenêtres, ambassadrices d’une biodiversité encore présente en ville et qu’il appartient à chacun de préserver…