Causses et vallée du Célé

Au cœur du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, la jolie vallée du Célé délimite la bordure méridionale du causse de Gramat. Le parcours que nous vous proposons, à réaliser idéalement de fin avril à fin juin pour profiter pleinement de l’explosion floristique printanière, permet de goûter aux charmes variés de la nature quercynoise, une des plus enchanteresses de Midi-Pyrénées.

Pelouse fermée : Gilles Pottier

Lot • 8km environ • Prévoir une petite journée • Facile

Situation : Toulouse à 147km

Parking : A la Pescalerie

Dénivelé : 250 mètres

Accès

De Toulouse, se rendre à Cahors par l’A 20. Prendre la sortie n° 58 « Cahors sud ». Vous irez jusqu’à Cahors et traverserez le Lot par le célèbre pont Valentré. Immédiatement après le pont, au rond-point, prendre la 1ère à droite et suivre la direction « Saint-Cirq Lapopie, Figeac par vallée du Lot ; vallée du Célé ». Traverser successivement Lamagdelaine et Laroque-des-Arcs, puis entrer dans Vers. De Vers, prendre la D 13 jusqu’à Cabrerets. A Cabrerets, suivre la D 41 en direction de la base de loisirs nautiques des Amis du Célé. Peu après l’embranchement avec la D 40 (direction Orniac), que vous laisserez à votre gauche, garer votre véhicule juste avant un tunnel, sur un terre-plein proche d’un captage d’eau (lieu-dit « La Pescalerie ») (1).

JPEG - 80.9 ko
Pelouse, crédit : Gilles Pottier

Parcours

Empruntez la D 40 sur une trentaine de mètres et prenez le premier sentier à gauche (2), qui passe près d’une maison. Après avoir remonté tout le vallon et obliqué à l’ouest, ce sentier rejoint le GR 651. Au point de rencontre avec le GR 651, empruntez ce dernier à droite (3) et gagnez le hameau d’Espinières (4). D’Espinières, rejoignez la D 40 et cheminez quelques instants dessus avant de prendre à gauche un petit chemin dans une lande, entre deux bois (5). Après une montée, vous parvenez sur la D 42 (6) que vous suivrez jusqu’à l’entrée sud d’Orniac (petite mare bétonnée moche comme tout à votre droite, normalement survolée par une Libellule … déprimée) (7). Dirigez vous de là vers l’église du village, que vous laisserez à votre droite pour gagner l’aire de pique-nique agréablement ombragée du « lac » d’Orniac (jolie mare de village) (8). Revenez ensuite sur vos pas et, à l’entrée sud d’Orniac, laissez la mare bétonnée à votre droite et engagez-vous sur la petite route qui descend à la fontaine de Bourlande, une résurgence admirablement valorisée par un très beau bâti (9). Vous retrouverez très facilement votre véhicule en suivant la D 40 (peu fréquentée …) jusqu’à La Pescalerie.

Extrait de la carte IGN 1/25000 série bleue n° 2138 E « Tour de Faure – St Cirq Lapopie » ou Top 25 n° 2138 OT.

Conseil - Prévoir une petite journée

Ce qu’on peut observer…

Vous découvrirez tout au long de ce parcours trois principaux types de milieux : des landes et pelouses sèches sur substrat calcaire souvent affleurant, des boisements caussenards typiques dominés par l’Erable de Montpellier, le Chêne pubescent et le buis, et des milieux aquatiques.

  • (A) Les orchidées * sont légion durant pratiquement tout cet itinéraire. Orchis singe, Orchis bouc, Ophrys abeille, Limodore à feuilles avortées … impossible d’en donner ici la liste complète.
  • (B) Les pelouses sèches où vous vous attarderez hébergent une graminée rare, aux curieux épis vrillés et duveteux : le Stipe penné (Stipa pennata). En matinée, lorsque le soleil ne sévit pas encore trop durement, il n’est pas rare d’y apercevoir un gros Lézard ocellé* scrutant les environs de son refuge (dalle isolée, tas de pierres …), et bien d’autres reptiles : Couleuvre verte-et-jaune*, Vipère aspic*, Lézard vert* … en outre, tous les points d’eau du causse hébergent la Couleuvre vipérine*. Au loin, un curieux oiseau aux allures de mouette trottine rapidement sur l’herbe rase : l’Oedicnème criard*, auquel le cinéaste animalier lotois Thierry Gabet a consacré un passionnant documentaire (« Le fantôme du causse »). Ces zones de landes et de pelouses sont fréquemment survolées par le Circaète Jean-le-Blanc*, qui y chasse couleuvres et vipères … mais ne dédaigne pas un Lézard ocellé lorsque l’occasion se présente. L’Aigle botté* circule fréquemment dans le coin, et l’Engoulevent d’Europe* niche très souvent dans les landes. t.
  • © Le lac d’Orniac héberge une belle population de Couleuvres vipérines*, que vous verrez chasser parmi les nénuphars.
  • (D) La fraîche fontaine de Bourlande héberge de nombreuses Grenouilles « vertes » (Pelophylax sp.)*, le Crapaud accoucheur*, la Couleuvre vipérine*, la Couleuvre à collier* … Elle est survolée par plusieurs espèces de libellules et de demoiselles.
  • (E) La Huppe fasciée* et le Torcol fourmilier* se laissent parfois observer dans le bocage.

Milieux traversés

Prairies sèches, landes sèches, bois, mares, résurgence, bocage …

Oiseaux

Oedicnème criard*, Torcol fourmilier*, Huppe fasciée*, Circaète jean-le-blanc*, Engoulevent d’Europe* et de nombreux autres …

Plantes

nombreuses orchidées et diverses sub-méditerranéennes (Erable de Montpellier, Trèfle bitumeux …)

Reptiles et amphibiens

Couleuvre verte et jaune*, Couleuvre d’Esculape*, Coronelle girondine*, Couleuvre à collier*, Couleuvre vipérine*, Vipère aspic*, Lézard vert*, Lézard ocellé*, Lézard des murailles*, Triton palmé*, Triton marbré*, Salamandre tachetée*, Crapaud accoucheur* …

* espèce présente uniquement au printemps/été W espèce présente toute l’année