Engoulevent d’Europe

Caprimulgus europeaus

Nom commun : Engoulevent d’Europe
Nom latin : Caprimulgus europeaus
Famille : Caprimulgidés
Période d’activité / d’observation : Présent d’avril à septembre
Statut réglementaire : Espèce entièrement protégée et d’observation peu commune, effectifs en diminution

Descriptif et particularités

Un peu plus petit qu’une Tourterelle, c’est un oiseau spécialisé dans la capture des insectes en vol dont il se nourrit au crépuscule et la nuit. Sa cavité buccale est démesurée, ses yeux sont mi-clos. Vol de chasse silencieux, léger et manœuvrant avec de courtes montées, long vol sur place rapide, plané. Son plumage est tacheté de brun, blanc beigeâtre, gris et noir. Le mâle porte des taches blanches sur les ailes et au coin de la queue. Son chant est une sorte de ronronnement continu, sonore, rapide, dur sur plusieurs minutes et audible de loin, il pousse des « houit…houit … » en vol et claque des ailes en parade.

Engoulevent d'Europe {JPEG} Engoulevent d'Europe {JPEG}

Le nom de l’engoulevent en Latin signifie « téteur de chèvres ». C’est bien sûr totalement imaginaire ! En réalité, si cet oiseau fréquente les pacages, c’est pour y chasser les insectes attirés par le bétail et non pour téter les chèvres.

Habitat et écologie

L’engoulevent d’Europe niche à terre dans un petit creux. Une première ponte a lieu en mai et une seconde en juillet. Il migre et hiverne dans la savane africaine jusqu’à la province du Cap.

Répartition en Midi-Pyrénées

Il est localisé et irrégulier. Il s’installe dans les boisements mixtes de feuillus et de résineux, avec clairières, jeunes plantations, coupes, landes, prairies… Il est présent en forêt de Bouconne et environs.

Menaces

L’Engoulevent est uniquement insectivore et nocturne ; il est donc confronté à la disparition des insectes par les traitements chimiques et la raréfaction des élevages. Par les soirées fraîches et bruineuses, il s’installe sur les routes pour se sécher et se réchauffer et c’est parfois la collision avec les voitures.

Fiche rédigée par Marcel Gonzalvez