Forêts et tourbières du vallon de Quioulès

Le massif de l’Aston bien moins visité que d’autres comme le Vallier a gardé un coté sauvage très marqué. Ce massif cristallin héberge encore une flore et une faune d’une richesse remarquable. Après une montée sur un chemin moussu dans le vallon boisé du Quioulès, le ruisseau s’élargit et s’écoule sur de belles dalles rocheuses alimentant plusieurs petites tourbières où les vaches Gasconne viennent y paître paisiblement. Ce beau vallon mérite vraiment qu’on s’y attarde !

JPEG - 174.7 ko
Sous-bois, crédit : Jaoua Celle

Ariège • 12km • 6h30 • Assez facile • Circuit peu balisé

Situation : A 30km de Foix

Parking : Au niveau du 1er barrage de l’Aston

Dénivelé : 520m (de 1090 à 1610m d’altitude

Accès

De Toulouse, prendre l’autoroute A61 vers Montpellier puis l’A66 en direction de Foix. Passé Tarascon-sur-Ariège, vous prendrez la sortie « Les Cabannes » (D522). Vous passerez ensuite par Château-Verdun puis par le village d’Aston (D520). Poursuivre en prenant la direction du barrage de Laparan. Vous entrez dans la vallée de l’Aston et poursuivez jusqu’au premier barrage, à coté duquel est aménagé un terre-plein faisant office de parking. Ne pas continuer jusqu’au barrage de Laparan.

Parcours

Longer le lac de retenue (Barrage du Riete) par la route jusqu’au bâtiment (1), puis prendre sur la droite un sentier qui débute par une passerelle passant au dessus d’un ruisseau (2). Commencer la montée dans la forêt par le sentier (parfois marqué en bleu). Le début de cette monté commence entre de petit blocs rocheux puis le sentier devient moins pentu et empierré au sol (3). Poursuivre dans la hêtraie, vous passez dans un large couloir entre deux parois rocheuses dénommé « Pas du Crabe » puis vous arrivez à une première passerelle (4) ; le chemin continue en longeant le ruisseau. Vous arrivez dans un secteur moins forestier avec des pelouses, des bosquets et des landes, puis passez sur de grandes dalles rocheuses, parfois suintantes, parfois sèches (Jasse de Ranques) (5). Le sentier monte de nouveau légèrement pour vous mener à deux passerelles contiguës (6), puis zigzag un peu et passe par dessus une conduite d’eau pour rejoindre une piste large et droite avec un talus (7). Cette piste mène à un nouvel édifice hydroélectrique (8) qu’il faut laisser sur la droite pour continuer sur le sentier et suivre le ruisseau. Vous passerez près d’une passerelle en partie détruite, ne pas l’emprunter et continuer tout droit pour arriver à la cabane de Quioulès (9). Vous pouvez explorer les environs du fond de vallon puis reprendre le chemin du retour en suivant le trajet inverse.

Conseil - Ballade à faire en Juin-Juillet pour profiter de la pleine floraison des espèces. La baignade dans le ruisseau est interdite.

Ce qu’on peut observer…

  • A : Après le passage de la passerelle, vous entrez dans un boisement avec des essences très diversifiées. Vous pourrez y reconnaître le Noisetier, le Bouleau, le Houx, le Hêtre et le Sapin pectiné.
  • B : Dans la montée, vous croiserez sur les blocs rocheux moussus une petite fougère le Polypode, et dans le sous-bois une drôle d’herbe à fleur blanche qui est la Luzule blanc de neige. Les troncs d’arbres mort que vous croiserez ne sont pas le signe d’une forêt malade, mais bien d’une forêt mature. En effet, ces troncs pourrissants sont un véritable réservoir de biodiversité puisqu’ils hébergent des insectes, des mousses et des champignons spécialisés dans la décomposition.
  • C : Après le passage de la passerelle, contemplez le magnifique hêtre au moins centenaire au dessus du ruisseau, et regardez à vos pieds la petite plante qui forme des verticilles de feuilles terminées par une grappe de petites fleurs blanches, il s’agit de l’Aspérule odorante.
  • D : Dans les zones de landes et de pelouses, vous pourrez rechercher ces différents petits arbustes : le Genêt à balais, le Genet purgatif (vert grisâtre), le Genévrier avec ses baies devenant noirs à maturité, le Rhododendron. Vous pourrez probablement voir de la Grande Gentiane jaune et sur les dalles rocheuse, le Lézard des murailles. Les quelques petits Pins que vous rencontrez ici ou là sont des Pins à Crochets.
  • E : Lorsque vous enjamberez la conduite d’eau, regardez sur votre droite : un peu plus bas pousse le rare Lys des Pyrénées et juste en dessous sur un replat humide la Linaigrette avec ses hampes cotonneuses.
  • F : Vous traverserez plusieurs petites zones humides qui hébergent la Droséra (plante carnivore) et la Narthécie ossifrage. Ces espèces sont accompagnées de mousses particulières : les Sphaignes qui sont à l’origine de la tourbe. Des Grenouilles rousses devraient aussi vous passer entre les jambes.
  • G : Sur le plateau au niveau de la cabane du Quioulès, regardez vers le Sud, vous pourrez observer 2 sommets : le Pic de l’Estagnol et un peu plus sur la gauche, le Pic de l’Homme Mort…

Milieux traversés

Forêts, pelouses, landes, tourbières

Plantes

Hêtre, Droséra, Linaigrette, Lys des Pyrénées, Gentiane Jaune, Luzule blanc de neige, …

Reptiles et amphibiens

Grenouille rousse, Lézard des Murailles

* espèce présente uniquement au printemps/été W espèce présente toute l’année