Le Bestiaire pyrénéen offre l’apéro de l’automne ...

Quoi de commun entre les chants basques, la garbure bigourdane, les fromages ariégeois, les châteaux cathares, le Pic du Canigou, l’Aneto et le Gypaète barbu, le Vautour percnoptère, le Milan royal, les Lézards pyrénéens ou le Desman des Pyrénées ?

Ils sont tous des éléments du patrimoine pyrénéen !

Sans l’un ou l’autre, il manque quelque chose aux Pyrénées…et aux pyrénéens. Ancrées dans les mémoires, dans les traditions, les contes ou les noms locaux, ces rapaces, mammifères ou reptiles évoquent pour certains, une rencontre furtive lors d’une randonnée en montagne ou d’une partie de pêche ; pour d’autres, ces espèces cachent derrière leur nom de grands mystères quant à leur origine, leur présence et leur avenir…

Pourtant ces espèces sont là autour de nous, certes discrètes mais bien présentes dans quelques communes des Pyrénées, riches d’une biodiversité souvent méconnue. Mais ces espèces sont aussi toutes menacées et font l’objet d’études scientifiques et d’actions de sauvegarde au niveau européen, national et au niveau du massif. La science et la connaissance ne suffisent pas. Il est illusoire de préserver durablement sans impliquer, échanger, discuter, faire savoir et rencontrer les premiers concernés, à savoir, les habitants des communes du massif pyrénéen…

Aussi, ces Apéros du bestiaire pyrénéen proposés par les structures du réseau Education Pyrénées Vivantes, ont pour vocation de venir à la rencontre des habitants de ces communes.

Un apéro du bestiare à BORDERE-LOURON

BORDERES-LOURON qui est l’une de ces communes dans les Hautes-Pyrénées, propose une soirée conviviale où toutes les générations sont rassemblées autour d’un apéritif mettant en valeur les productions locales, où chacun pourra vivre une animation sensible et originale, construite en partenariat avec la commune et Nature Midi-Pyrénées, pour changer son regard sur la biodiversité des Pyrénées. Le thème, cet automne, est le Desman des Pyrénées, "le rat trompette ou "rat’boué" qui garde bien des secrets. Beaucoup de ses modes de vie restent à découvrir !

Une enquête à élucider !!

Ainsi l’Inspecteur Galémis-Py, qui a reçu l’information d’un desman retrouvé mort sur une berge de la Neste près de Bordères-L., a réuni la population locale au lieu-dit Bourridé pour retrouver le coupable de ce forfait dramatique. Cette demande d’enquête est bien sûr couronnée d’une exposition sur ce petit talpidé bien endémique qui vit principalement dans l’eau, ici la Neste. Animée par des bénévoles, les histoires qui l’entourent vous seront contées et des petits films seront projetés sur les habitudes de sa très courte vie, sur laquelle pour l’instant un certain mystère perdure.

Enfants et adultes sont donc invités à questionner et enquêter sur cette découverte, sous la conduite de l’Inspecteur qui distribuera les pistes de recherches.

Ce bestiaire annuel pyrénéen doit permettre à cette occasion, les échanges inter générations par une meilleure connaissance du milieu de la "petite bête" en augmentant peut-être quelques connaissances de la biodiversité bien présente, ici, sur la vallée du Louron.

Rendez-vous ce Samedi 12 Décembre 2015 à 17h00 au "Chalet du Bourridé"à Bordères-Louron.

Contact presse massif : Gwénaëlle Plet LPO Pyrénées Vivantes 05 62 97 27 02 ou 06 72 82 40 56

Tout le programme en ligne sur www.repv.org

Annexe au Communiqué de presse

Le Desman des Pyrénées, le mystérieux rat trompette

Crédit photo - Pierre CadiranC’est un petit mammifère insectivore semi-aquatique qui n’est présent que dans les ruisseaux et lacs des Pyrénées et du nord de la Péninsule ibérique. Beaucoup de mystères restent à élucider par les scientifiques. Sur terre, il ressemble à une boule de poils à la démarche chaloupée et sous l’eau il s’affine, s’étire et file comme un poisson.

La tête, engoncée dans les épaules, se prolonge par une trompe très mobile. Ses proies favorites sont constituées surtout par les laves d’invertébrés aquatiques vivant dans l’eau. L’activité fondamentalement nocturne concerne, pour une bonne part, la recherche de nourriture.

Le Desman est menacé par la détérioration de ses habitats. Très exigeant, tant pour son alimentation que pour son milieu de vie, il est victime des activités humaines qui modifient les caractéristiques des cours d’eau (barrages, pollutions, activités de « pleine nature »…). De ce point de vue, sa présence peut constituer un bon indicateur de la qualité des eaux dans son aire de répartition.

Il bénéficie depuis 2009 d’un plan national d’actions mis en œuvre par le Ministère en charge de l’écologie et d’un LIFE (financement européen) sur l’ensemble du massif des Pyrénées. Le plan national d’actions et le LIFE DESMAN sont coordonnés par le CEN Midi-Pyrénées.