Le massif calcaire de Roquefixade

Ariège

Entre la soulane du petit village de Roquefixade et la hêtraie du versant nord, le sentier traverse une multitude de milieux naturels encore préservés. La faune et la flore est très diversifiée, les espèces rupestres côtoyant celles de la hêtraie et des pelouses sèches bien exposées.

Ariège • 7 km • 3h • Facile et familial • Circuit non balisé

Demi deuil, crédit : F.Lavail

Situation : A 8 km à l’ouest de Lavelanet ou 15km de Foix par la D117

Parking : Sur le parking du village en bord de route

Dénivelé : 770 à 930m

Accès

De Toulouse, prendre l’autoroute en direction de Foix, après le péage, la nationale (2x2 voies) prendre la suite de l’autoroute. Il faut passer le tunnel de Foix, puis sortir en direction de Lavelanet. Cette départementale D117 traverse le village de St Paul de Jarrat, puis de Celles. A 7 km environ, une petite route sur la gauche rejoint Roquefixade. Se garer sur un des parkings du village au bord de la route.

Parcours

  • A partir de place du village, prendre la direction du château vers l’ouest, un chemin passe en contre bas des falaises et du château. Il faut passer l’accès de château sur la droite et continuer le chemin jusqu’à un croisement, puis continuer la montée sur le chemin de droite, direction « Ilhat-Carla », jusqu’à un point de vue sur le château et le massif de Tabe (1).
  • Continuer jusqu’à un premier croisement (2), prendre à droite ce chemin qui est balisé en jaune.
  • A 1,5 km environ, on arrive sur un autre croisement (3), juste après un bois de Buis prendre le sentier de gauche.
  • Le chemin passe alors en grande partie en sous bois jusqu’à une clairière. Une croisée de chemins (4) se trouve juste de l’autre côté de cette clairière avec des panneaux indicateurs, prendre la direction de Coulzonne.
  • Le chemin passe le long de prairies de fauche. Avant Coulzonne, après une grange sur la droite, prendre un chemin balisé rouge et jaune à droite direction « Roquefixade » (5). (Avant de prendre cette direction, ne pas manquer le point de vue magnifique du petit village de Coulzonnes).
  • Arrivée à un monument aux morts, prendre en face le chemin balisé en direction du village.
  • Juste avant le village, le chemin prend deux directions, prendre celle de droite. On passe alors en contrebas de la falaise en rejoignant peu après le village.

Conseil - Attention aux piqûres de taon qui sont nombreux en période estivale.

Ce qu’on peut observer…

  • A : Les falaises et affleurements rocheux en contrebas du château accueillent la Globulaire rampante qui recouvre de façon étalée certains rochers. On trouvera aussi la Germandrée des Pyrénées, plante aux fleurs blancs/jaunâtres qui pousse à ras de terre et plusieurs espèces d’hélianthèmes à fleurs jaunes, famille du ciste.
  • Un peu plus loin sur le bord du chemin, apparaît l’Oeillet de Montpellier aux pétales roses très découpés. Ici, la falaise est le fief de l’Hirondelle de rocher W ; brune avec une queue assez courte, on pourra l’observer au vol chassant les insectes. Le Grand Corbeau W, habitué des lieux, se montre quelquefois ainsi que le Rougequeue noir W, petit passereau très commun du milieu rupestre.
  • B : Ce point de vue sur le château et le massif de Tabe est idéal pour observer de nombreuses espèces de rapaces comme le Circaète Jean-le-Blanc *, au dessous blanc, et reconnaissable aussi à son comportement de chasse en vol stationnaire.
  • C : Les prairies sèches qui bordent le chemin et la hêtraie permettent d’observer en mai-juin de nombreuses orchidées comme la platanthère à deux feuilles ou l’Orchis pyramidal. La Rhinante crête de coq doit son nom à la forme de ses fleurs jaunes, en crête de coq. La Brunelle, avec ses grandes fleurs violettes, ou les nombreux papillons présents comme le Demi-deuil aux ailes blanches et noires et de nombreux nacrés aux ailes orangées rayées de noir, complètent la palette de couleurs.
  • E : Cette grotte appelée « grotte de l’église catholique » abrite, accrochée à la paroi juste au-dessus de l’entrée, la seule fougère aux feuilles non découpées en forme de langue, la scolopendre.
  • H : Les prairies et pacages en contrebas du chemin permettent d’observer la Pie-grièche écorcheur * sur les buissons épineux et le Bruant zizi W reconnaissable à son chant monotone.
  • I : D’avril à juin, cette partie en contrebas de la falaise, proche des éboulis, est riche en fleurs. Parmi celles-ci, la Campanule remarquable avec ses grosses clochettes bleues, la Bugrane fétide, plante visqueuse aux fleurs jaunes ou l’Anthyllis vulnéraire, espèce de gros trèfle aux fleurs rouges ou/et jaunes.

Milieux traversés

Falaises - pelouses sèches – bois et forêts – prairies et taillis

Plantes

Campanule remarquable – Œillet de Montpellier – Germandrée des Pyrénées – Globulaire rampante - nombreuses orchidées

Oiseaux

Hirondelle de rochers – Grand Corbeau – Rouge-queue noir - oiseaux forestiers – nombreux rapaces

A voir : Ruines du château cathare de Roquefixade – grotte – point de vue sur le massif de Tabe

* espèce présente uniquement au printemps/été W espèce présente toute l’année