Les côteaux de l’est toulousain à Lavalette

Peu parcourus, les côteaux de Lavalette sont pourtant tout proches de Toulouse. Ce circuit aménagé et entretenu bénévolement par l’association « Rando-Lavalette » vous invite à parcourir les paysages ouverts de la campagne toulousaine : espaces façonnés par les hommes, petits coins de nature préservée, autant de lieux de vie pour toute une faune et une flore sauvage souvent discrète mais bien présente pour qui s’y arrête quelque peu.

Fauvette à tête noire, crédit : Fred Lavail

Haute-Garonne • 8km environ • 3h • Facile et familial • Circuit balisé en jaune

Situation : Toulouse à 15km

Parking : Près de l’église de Lavalette

Dénivelé : 60 mètres

Accès

De Toulouse, prendre la direction de Lavaur par la D112 (rocade sortie 15). Vous laisserez derrière vous les petits villages de Montrabé et de Beaupuy. A 3 km de Beaupuy, sur la droite, le clocher du village de Lavalette est bien visible de la route. Peu après, prendre une petite route sur la droite juste après un restaurant qui fait le coin, la direction de Lavalette est indiquée. Se garer sur le parking près de l’église.

Parcours

Extrait des cartes IGN 1/25000 série bleue : 2143 est

  • Le parcours commence dans le village juste derrière l’école (1). Descendre le coteau jusqu’à la route (D57).
  • Prendre à droite et reprendre le chemin aussitôt sur la gauche (2). A 500 m environ, un chemin arboré vous attend et vous amènera sur une passerelle en bois qui surplombe un petit ruisseau (3).
  • Continuer le chemin en passant à mi-parcours à côté d’un ancien abreuvoir, pour arriver ensuite près d’un ruisseau (4), ne pas le traverser, mais tourner à droite en prenant les marches en bois, puis suivre le ruisseau le long d’un champ. Au bout de celui-ci, on entre dans un bosquet qui longe un autre ruisseau (5).
  • Après deux saules centenaires, vous longerez le lac (6), qui s’est maintenant végétalisé, pour entrer dans un bosquet. A sa sortie, prendre à droite un sentier boisé.
  • A la sortie de ce sentier, vous passerez à proximité de la ferme « La Tuilerie » qui vous amènera sur une petite route qu’il faut suivre jusqu’à une autre route sur la droite (7).
  • Cette route descend, puis remonte, prendre la première à droite (8) puis à gauche entre deux villas (9).
  • 200 m après, arrivé en face d’un pigeonnier, il faut tourner à gauche (10) puis à droite au coin d’un parc.
  • Descendre le chemin boisé pour retrouver le chemin que vous avez pris à l’aller (11).
  • Reprendre ce chemin sur la droite, puis cette fois traverser le ruisseau (4), une petite montée en pente douce vous amènera sur la route (D57) en lisière du parc « Pastoureau » (12), qui vous reconduira au village.

Conseil - Ce parcours est un bon moyen pour se repérer dans la nature, car plutôt sinueux, donc bien faire attention aux indications. Signalons aussi que ce circuit dispose d’une variante juste après le point (5), qui permet de voir une très belle fontaine « la fontaine de la Treille ».

Ce qu’on peut observer…

  • A et B : Entre ces deux points, plusieurs arbres et arbustes peuvent être observés. Dans la première partie, l’Orme et l’Erable champêtres, le prunellier agrémentent la haie bordant le talus. La deuxième partie, plus abritée, alterne avec des arbres comme le chêne sessile, et des arbustes très communs comme le Sureau noir, l’églantier (l’ancêtre du rosier), le Cornouiller sanguin avec ses jeunes rameaux « rouge sang », le Troène ou l’aubépine aux feuilles très découpées.
  • B : Près du ruisseau, on peut admirer le Carex pendula avec ses inflorescences pendantes. Au milieu du chemin, vous trouverez un vieux puit fermé d’une grille, dans lequel pousse une fougère ; la scolopendre.
  • C : Dans l’abreuvoir, le Triton palmé* peut-être aperçu au fond de l’eau, n’essayez pas de l’attraper, il est peut-être en train de pondre. Un peu plus loin, au bord du chemin, vous croiserez l’Aristoloche clématite* aux fleurs en forme de cornet jaunâtre et l’Orchis pyramidale* avec ses fleurs roses tenues serrées en …pyramide.
  • Une plante messicole, (qui pousse dans les cultures comme le bleuet) est présente à droite du chemin dans les céréales : le Miroir de vénus* (Legousia speculum-veneris) avec ses cinq pétales rouges-violets.
  • D : Evitez de faire du bruit à l’approche du lac, vous pourrez peut-être apercevoir un héron ou quelques Canards colverts, qui trouvent là, parmi la végétation, de quoi se nourrir.
  • E : Profitez d’une halte dans une ambiance tropicale, référence aux palmiers plantés là, près d’un abreuvoir, mais pas seulement… Parmi les arbres recouverts de lianes pendantes (la clématite), de nombreux chants d’oiseaux se font entendre ; si l’on ferme les yeux, on s’y croirait ! Parmi ceux-ci ; le Loriot d’Europe* au chant court et flûté, le Troglodyte mignon (W), petit mais très sonore, le Rossignol Philomèle* et ses strophes aux notes pures et limpides, la Fauvette à tête noire (W) aux notes flûtées.…et des espèces plus forestières comme le Pic épeiche (W), la Sittelle torchepot (W) ou le grimpereau des jardins (W). A la sortie du bois, par temps clair, vous pourrez admirer de magnifiques panoramas, notamment une partie de la chaîne pyrénéenne.

Milieux traversés

Prairies, bois, culture, haies et lac

Oiseaux

espèces forestières (pic épeiche, grimpereau…), Rossignol Philomèle, Faucon crécerelle, Loriot…

Plantes

Séneçon jacobée, Aristoloche clématite, Orchis pyramidale, Miroir de Vénus…

Reptiles et amphibiens

Grenouille verte, Couleuvre verte et jaune, Triton palmé

* espèce présente uniquement au printemps/été W espèce présente toute l’année