Noctule de Leisler

Nyctalus leisleri

Nom commun : Noctule de Leisler
Nom latin : Nyctalus leisleri (Kuhl, 1817)
Famille : Vespertilionidés – ordre des Chiroptères
Période d’activité / d’observation : principalement en période automnale, espèce migratrice.
Statut réglementaire : espèce protégée en France, quasi-menacée (NT) au niveau national.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Cartographie

Descriptif et particularités

Espèce de taille moyenne aux membranes alaires et à la face brune. Il s’agit de la plus petite des Noctules. Ses oreilles sont courtes et larges avec le sommet arrondi ; le tragus est court et en forme de champignon comme chez toutes les Noctules. Ses ailes sont longues et étroites avec l’envers velu le long de l’avant-bras. Le pelage est semblable à un velours brun terne. La base des poils du corps, bicolore brun-noir, est caractéristique de l’espèce.

Habitat et écologie

C’est une espèce forestière avec une nette préférence pour les massifs de feuillus assez ouverts (châtaigneraies, chênaies). Elle recherche également la proximité de milieux humides. En période hivernale, l’espèce n’est pas cavernicole, on la retrouve le plus souvent suite à un abattage d’arbre ou à un contrôle de nichoir. Pour ses gîtes arboricoles en été, elle n’est pas difficile mais montre une forte attirance pour les gîtes en hauteur et dont la cavité est bien dégagée (loges de Pics, anfractuosités naturelles de l’arbre).

En France, ses populations ne sont pas homogènes : assez rare au nord-ouest, elles augmentent en densité vers le sud. Elle est active de début avril à début novembre. Sa particularité est de ne pas se caler sur les structures paysagères et de ne pas se soucier des conditions météorologiques. L’essentiel des femelles migre au printemps vers l’est du continent pour se reproduire. Les nurseries en cavités arboricoles comptent habituellement entre 20 et 40 individus ; elles peuvent être plus populeuses en bâtis. Les colonies sont en place mi-mai et les naissances s’échelonnent de mi-juin à début juillet. A la fin de l’été, le retour des femelles sonne le début des pariades.

Répartition en Midi-Pyrénées

Cette espèce se rencontre dans tous les départements de Midi-Pyrénées. Mais seuls quelques-uns des gîtes sont connus et il n’est pas possible d’estimer l’abondance de cette Noctule dans la région. La reproduction de la Noctule de Leisler est avérée dans l’Aveyron et le Lot.

Menaces

De nombreuses menaces touchent l’espèce comme la mauvaise gestion forestière (insecticides, abattage des arbres sénescents) ; la prédation d’espèces comme la Marthe ou la visite de Pics dans leur ancien gîte ou encore de frelons ; l’équipement des cheminées (tubage, inserts) ; le développement éolien sans considération naturaliste pour ne citer que celles-ci.

Fiche rédigée par Camille Bouin et Élodie Le Souchu - Novembre 2018

Les chauves-souris peuvent-elles occuper les bâtiments ?

Certaines espèces anthropophiles fréquentent les bâtiments, notamment les greniers et les combles en été. Ces mammifères ne « pullulent » pas, les femelles se rassemblent en colonies en été où chacune met bas un seul jeune par an pendant l’été. Elles ne construisent pas de nid et ne rongent pas les matériaux, elles se posent en journée dans des « gîtes », et les seuls traces d’occupation sont leurs déjections… Certaines espèces se logent dans des fissures et d’autres dans des pièces volumineuses, suspendues au plafond ou aux poutres de charpente. Elles peuvent occuper les lieux suivants : toiture, charpente, combles, fissures de façades, volets à battants, linteaux de porte-fenêtre, cheminée, cave ou autres pièces du sous-sol.

Comment cohabiter avec des chauves-souris ?

En cas de présence de chauves-souris, il faut éviter de les déranger et de modifier leur habitat. Si vous avez prévu des travaux, évitez de les faire en période de présence des chauves-souris et évitez toute modification de leur habitat (accès, conditions lumineuses, thermiques, traitements de charpente…).

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Vous pouvez faire des aménagements en faveur des chauves-souris : * Créer des ouvertures sur combles, caves… * Réserver des espaces (linteaux, fissures de façades…). * Installer des gîtes artificiels.* * Créer une mare, planter un verger et des haies d’essences locales. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez nous appeler ou consulter un chiroptérologue du CEN MP : http://www.cen-mp.org/le-sos-chauve….

* Quelques modèles de gîtes artificiels :

Cartographie