Pelouses montagnardes et subalpines

  1. Présentation du milieu
  2. Accès aux fiches espèces des pelouses montagnardes et subalpines

Présentation du milieu

Les pelouses sont des formations végétales herbacées de hauteur limitée. Les pelouses montagnardes et subalpines sont quasi-uniquement composées de plantes pérennes : des Poacées souvent en touffes denses, d’autres graminoïdes (Cypéracées, Joncacées), des herbacées (souvent en rosettes), des géophytes et des végétaux non vasculaires (mousses et lichens), avec parfois la présence de quelques arbustes bas et plantes en coussins.

Dans la région, on les retrouve dans les Pyrénées (entre 1000 et 2500 m d’altitude) et le Massif central (dès 800 m d’altitude). Elles composent un paysage en mosaïque avec les landes arbustives et les îlots forestiers. Leur présence est due à la fois aux conditions environnementales particulières à cette altitude (faibles températures et faible disponibilité des nutriments dans les sols) et à la gestion de ces milieux par l’homme (défrichage et pastoralisme). Le type de substrat (siliceux ou calcaire) ainsi que l’exposition et le relief (qui influencent l’enneigement et l’humidité du sol) sont à l’origine d’une grande variété dans ces milieux.

JPEG - 199.2 ko
Paysage d’estive
Photo : M. Menand
JPEG - 177.2 ko
Paysage d’estive
Photo : M. Menand

Les pelouses acidiphiles sont présentes sur les zones à roche mère siliceuse ou calcaire décalcifiée, où les sols présentent un pH acide (souvent entre 4 et 6). Dans les Pyrénées, en versant sud, moins longtemps enneigé et donc plus exposé aux gels-dégels, elles sont généralement dominées par le Gispet (Festuca eskia), une Poacée endémique du massif. Elles présentent souvent un aspect écorché, les touffes de Gispet formant des gradins ou guirlandes. On retrouve également ces pelouses en versant nord, mais avec une physionomie plus dense et fermée. Leur cortège d’espèces s’y rapproche alors de celui des nardaies, pelouses acidiphiles dominées par le Nard raide (Nardus stricta). Les nardaies occupent des surfaces importantes dans tout le massif pyrénéen et dans le Massif Central. Elles présentent une très grande diversité de faciès en fonction notamment du niveau d’humidité du sol et de l’intensité du pâturage. Si certaines offrent une forte diversité floristique, d’autres sont relativement pauvres en espèces, le Nard pouvant atteindre une dominance quasi-absolue.

JPEG - 214.2 ko
Pelouses acidiphiles d’altitude en gradins
Photo : M. Menand
JPEG - 156.5 ko
Pelouses acidiphiles d’altitude en gradins
Photo : M. Menand
JPEG - 151.2 ko
Pelouses acidiphiles denses d’altitude
Photo : M. Menand
JPEG - 256.7 ko
Pelouses acidiphiles denses d’altitude
Photo : M. Menand

Les pelouses montagnardes et subalpines calcicoles (ou basophiles), sur des sols à pH basique (généralement 7 à 8), occupent des surfaces beaucoup moins importantes dans la région. En revanche, elles présentent une très grande diversité de faciès en fonction de leur situation topographique et sont généralement des pelouses très riches en espèces, et particulièrement en espèces endémiques ou protégées. C’est notamment le cas des pelouses calcicoles sèches en versant sud, dominées par la Fétuque à balais (Festuca gautieri subsp. scoparia) et pouvant présenter un aspect en gradins. Certaines pelouses basophiles peuvent évoluer vers les nardaies au cours du temps avec l’acidification superficielle du sol ou en cas de pâturage trop important.

JPEG - 210.5 ko
Pelouses calcicoles d’altitude
Photo : M. Menand
JPEG - 258.1 ko
Pelouses calcicoles d’altitude
Photo : M. Menand

Les pelouses montagnardes et subalpines constituent le territoire d’estive des troupeaux d’ovins, bovins et équidés. Dans les zones les plus intensément pâturées et piétinées, les pelouses perdent en diversité floristique au profit d’espèces plus nitrophiles (Poa alpina, Poa supina…). Les zones de reposoirs du bétail sont particulièrement pauvres en espèces et monotones, dominées par des espèces très nitrophiles (Rumex pseudalpinus, Chenopodium bonus-henricus…). La conduite raisonnée des troupeaux joue donc un rôle essentiel dans le maintien de la diversité de ces milieux. L’intensité et la période de pâturage doivent être adaptées afin de limiter une perte de diversité et de qualité fourragère à travers l’augmentation du recouvrement des espèces les moins consommées ou la transformation de la pelouse en lande arbustive.

JPEG - 225 ko
Pelouses pâturées nitrophiles
Photo : M. Menand
JPEG - 182 ko
Pelouses pâturées nitrophiles
Photo : M. Menand
Texte rédigé par Marion Boutin et Mathieu Menand
Dernière mise à jour : 06/04/2018

Accès aux fiches espèces

JPEG - 6.2 ko
Pied-de-chat dioïque
Antennaria dioica
JPEG - 68.1 ko
Armérie des Alpes
Armeria alpina
JPEG - 5.7 ko
Arnica des montagnes
Arnica montana
JPEG - 7.3 ko
Aster des Alpes
Aster alpinus
JPEG - 7.3 ko
Crocus à fleur nue
Crocus nudiflorus
JPEG - 6.9 ko
Daphné camélée
Daphne cneorum
JPEG - 6.1 ko
Œillet de Montpellier
Dianthus hyssopifolius
JPEG - 6.9 ko
Erigeron des Alpes
Erigeron alpinus
JPEG - 6.9 ko
Panicaut de Bourgat
Eryngium bourgatii
JPEG - 6.7 ko
Euphraise des Alpes
Euphrasia alpina
JPEG - 66.8 ko
Fétuque eskia
Festuca eskia
JPEG - 68.5 ko
Fritillaire des Pyrénées
Fritillaria pyrenaica
JPEG - 7.3 ko
Gentiane acaule
Gentiana acaulis
JPEG - 6.6 ko
Gentiane jaune
Gentiana lutea
JPEG - 6.6 ko
Nigritelle de Gabas
Gymnadenia nigra gabasiana
JPEG - 19.9 ko
Iris des Pyrénées
Iris latifolia
JPEG - 6.5 ko
Merendera des montagnes
Merendera montana
JPEG - 6.5 ko
Fenouil des Alpes
Meum athamanticum
JPEG - 65.6 ko
Myosotis retombant
Myosotis decumbens teresiana
JPEG - 5.4 ko
Oxytropis champêtre
Oxytropis campestris
JPEG - 6 ko
Pédiculaire des Pyrénées
Pedicularis pyrenaica
JPEG - 23.6 ko
Orchis blanc
Pseudorchis albida
JPEG - 65.5 ko
Pulsatille des Alpes
Pulsatilla alpina
JPEG - 21.8 ko
Epiaire de Godron
Stachys alopecuros godronii
JPEG - 5.2 ko
Thésium des Pyrénées
Thesium pyrenaicum
JPEG - 65.3 ko
Trèfle des Alpes
Trifolium alpinum
JPEG - 5.5 ko
Vesce des Pyrénées
Vicia pyrenaica
JPEG - 5.5 ko
Pensée de Bubani
Viola bubanii