Statuts et menaces

En France, les hirondelles et les martinets sont intégralement protégés. Toute atteinte (destruction ou autre) à ces oiseaux ou à leurs nids est strictement interdite.

Si la grande adaptabilité aux aménagements humains dont ont fait preuve les hirondelles a indéniablement constitué un atout (en comparaison d’espèces strictement inféodées à des milieux naturels purement sauvages, qui se font malheureusement de plus en plus rares), cette stratégie comporte également ses propres risques, et les hirondelles de fenêtre comme les hirondelles rustiques en font les frais depuis plusieurs décennies.

  • L’hirondelle rustique est ainsi menacée par l’intensification de l’agriculture, néfaste à la diversité de ses proies (raréfaction des insectes due à l’emploi massif de pesticides, assèchement des mares, disparition des haies) et de ses habitats (fermeture voire destruction des vieilles granges et étables).
  • De son côté, l’hirondelle de fenêtre souffre de l’évolution du bâti urbain, qui offre de moins en moins de prises pour la nidification, mais également de la destruction directe lors de la réfection de façades ou la rénovation de bâtisses. Malheureusement, et en dépit de l’interdiction, cette destruction revêt même parfois un caractère volontaire, en raison des souillures dues aux fientes (qui peuvent pourtant être simplement évitées à l’aide d’une petite planche fixée sous les nids…).

Si, en France, les populations de ces deux espèces semblent s’être stabilisées après plusieurs décennies de déclin, à l’échelle européenne, leurs effectifs sont toujours en baisse. (Source)