Suivi de l’Orchis lacté - bilan 2015

L’évolution des populations d’Orchis lacté (Neotinea lactea), orchidée rare et très localisée en France, principalement présente dans la région toulousaine, est suivie depuis plusieurs années par des bénévoles locaux. Cette année encore, leur implication a été forte. On a pu constater des résultats concrets de ce suivi de terrain dans certaines pratiques de gestion et avec un projet de protection réglementaire.

Article rédigé par Régis Mathon, coordinateur du suivi de l’orchis lacté

Orchidée typiquement méditerranéenne, l’Orchis lacté (Neotinea lactea) est rare et très localisée en France. Son aire de répartition s’étend jusqu’en Midi-Pyrénées, où elle est principalement présente dans le département de la Haute-Garonne. Les populations actuellement connues sont principalement regroupées aux abords de Toulouse, dans des secteurs où l’urbanisation est en forte croissance et l’agriculture en mutation. Quelques populations persistent dans des prairies de fauche et en limite de friches, et la plante est plus souvent localisée en bord de route ou dans des espaces devenus pelouses de jardins.

L’espèce bénéficie d’une protection régionale depuis 2004. En début 2012, l’association Isatis et le groupe botanique de Nature Midi Pyrénées ont inclus cette plante dans un suivi systématique de la flore sensible de la Haute-Garonne.

Contexte 2015

Lancement du projet régional « Prise en compte de la diversité végétale dans les Grandes aires urbaines de Midi-Pyrénées » piloté par le Conservatoire Botanique National Pyrénées et de Midi-Pyrénées en partenariat avec Nature Midi-Pyrénées. Les Plans Régionaux d’Actions Orchis lacté et Jacinthe de Rome sont intégrés dans ce projet.

Un plan d’actions préconisé par le conservatoire botanique

Sur les 75 stations validées, 48 ont été intégrées dans le plan 2015.

- 17 stations en mode « Suivi » : comptage précis avec fiche de relevé terrain avec parcelles cadastrales préparées par le conservatoire botanique (Jérôme Garcia).
- 26 stations en mode « Veille » : visite terrain avec estimation du nombre de pieds fleuris et un commentaire sur les éventuelles menaces observées sur la station
- 5 stations en mode « Prospection » : validation de données anciennes avec estimation du nombre de pieds fleuris et un commentaire sur l’état de la station

JPEG - 422.8 ko
JPEG - 591.4 ko

Répartition géographique des stations retenues

- 11 stations sur des communes du secteur Toulouse Est : Balma (5), Pin-Balma(1), Préserville (1), Pouze (1), Lavalette (1), Mons(2)
- 37 stations sur des communes du secteur Toulouse Sud-Ouest : Fontenilles (6), Frouzins (2), Lasserre (1), Lèguevin (12), Plaisance du Touch (3), Fonsorbes (1), Tournefeuille (2), Saiguède (4), St Lys/StClar (5), Muret (2)

Implication des bénévoles

- Suivi individuel réalisés par Jean François, Jérôme Calas, Mathieu Menand, Georges Déméautis, Régis Mathon
- Suivi collectif fait lors de la sortie du 11 avril à Balma (5 stations) avec Pauline T., Floriane, Lucie, Hélène, Sébastien et Jean François
- Sortie découverte du 13 avril à St Lys (3 stations) avec Agnès, Emmanuelle, Sandrine, Claire, Catherine, Agnès, Monique, Nadine, Eliane, Georges et Eddy.
- Prospection sur le golf de Téoula le 13 avril à Plaisance du Touch avec Nadine, Eliane et Georges, recherche infructueuse.

Soit 6 contributeurs d’observations dans Baznat et 8 rédacteurs de relevés terrain.

La moitié des stations a été visitée :
- en mode « Suivi » : 15 sur 17
- en mode « Veille » : 20 sur 26
- en mode « Prospection » : 2 sur 5, toutes deux sans résultats.

JPEG - 369.9 ko

Cas particulier des parcelles Frouzins-Plaisance du Touch

Il s’agit de 4 parcelles voisines appartenant à 3 propriétaires différents : la commune de Frouzins, la commune de Plaisance du Touch et un propriétaire privé pour 2 parcelles. Ces dernières années, entre 200 et 400 pieds ont été recensés ou estimés sur chacune de ces parcelles, ce qui fait de l’ensemble une station importante.

Les parcelles communales ont été retournées il y a 10-12 ans, les pieds d’orchis lactés sont réapparus en nombre depuis 3 ans après plusieurs années d’absence. Un responsable technique de la commune de Plaisance a été rencontré sur place. Cette parcelle lui était inconnue.

La propriétaire des 2 parcelles privées a été rencontrée par Jérôme Garcia (CBNPMP), elle semble intéressée par la présence de cette espèce protégée sur son terrain.

JPEG - 349.1 ko

Evolution des pratiques de gestion

Une convention de gestion a été signée entre le Conservatoire d’Espaces Naturels de Midi-Pyrénées et la SCI Cauneille, propriétaire de la station en bordure de la RD43 à Léguevin

Lors de la sortie de St Lys, le groupe a pu constater la bonne prise en compte des services techniques pour retarder le fauchage des bords de route. Le bord de route de la station du lieu-dit Mathieu est délimité par un marquage permanent au sol, un triangle orange, réalisé par les services du Conseil Départemental. Les bords de route de la station Prim étaient délimités par un marquage au sol temporaire rouge et signalés par 2 panneaux « Fauche retardée, Environnement préservé », travaux réalisés par les services de la commune de St Lys.

JPEG - 3.8 Mo
Panneau mis en place à St Lys

Evolution de la protection réglementaire : Projet d’Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope Une réunion s’est tenue le 28 septembre dans les locaux de la mairie de Balma avec la propriétaire de plusieurs parcelles contenant l’orchis lacté, la Direction des Services du Territoire, le service urbanisme de la commune de Balma et Nature Midi-Pyrénées. L’objectif de la réunion était d’examiner le contenu et le périmètre à inclure par le futur arrêté d’APPB.