Tulipe sauvage

Tulipa sylvestris

Nom commun : Tulipe sauvage (ou Tulipe des bois)
Nom latin : Tulipa sylvestris L. subsp. sylvestris
Famille : Liliacées
Période d’activité / d’observation : mars - avril
Statut réglementaire : Protégée au niveau national (arrêté du 20/01/82) et inscrite dans le Livre Rouge de la flore menacée de France

Descriptif et particularités

La plante est bulbeuse et haute de 20 à 50 cm. La tige dépourvue de poils est assez fine et dressée. La fleur unique est large de 3 à 5 cm, odorante et d’un jaune vif lavé de vert à l’extérieur. Le bouton est penché et la fleur se redresse pendant la floraison qui a lieu de mars à avril. Les tépales sont pointus, poilus à l’extrémité et inégaux : les sépales sont longs, étroits et terminés en lance ; les pétales sont plus larges, ovales et ciliés sur les bords. Les étamines jaunes sont constituées d’une anthère portée par un filet poilu à la base. Les feuilles, au nombre de 2 à 4, sont étroites, pointues, allongées, molles et légèrement pliées en gouttière au sommet. La tulipe sauvage peut se confondre avec la tulipe australe (Tulipa sylvestris subsp australis) qui se différencie par la teinte rougeâtre de l’extrémité de ses fleurs.

JPEG - 261.3 ko
Tulipe sauvage
(Tulipa sylvestris)
JPEG - 166.9 ko
JPEG - 87.8 ko

Habitat et écologie

Tulipa sylvestris L. subsp sylvestris est une plante des terres cultivées qui a plusieurs habitats tels que les champs de céréales, les vignes et les vergers. Elle se rencontre également dans les terrains en friche, les parcelles abandonnées et les talus. Elle ne dépasse jamais les 1000 mètres d’altitude.

Répartition en Midi-Pyrénées

Cette plante a une large répartition en France (mais devient très rare dans certaines régions) et en Europe (Sardaigne, Italie, Sicile). Elle a été introduite dans de nombreux pays.

Menaces

Autrefois, la tulipe sauvage était abondante, mais elle est aujourd’hui en très forte régression en raison des modifications des techniques agricoles et de l’utilisation des herbicides. Elle est encore cueillie et vendue en dépit de la réglementation. Cette menace est d’autant plus forte à proximité d’une grande agglomération.

Fiche rédigée par Régis Mathon