Us et coutumes des hirondelles

A l’origine, hirondelles et martinets installaient leurs nids à flanc de falaises, de parois rocheuses et abruptes, dans des grottes ou bien encore de grands arbres…

Progressivement, les constructions humaines ont constitué un support que ces oiseaux ont pu s’approprier : hauts murs en pierre, étables, églises… sont en effet propices à leur nidification. A mesure que l’emprise de l’homme sur la nature s’est intensifiée, ces nouveaux supports se sont substitués aux emplacements naturels, au point que certaines espèces dépendent désormais étroitement de notre bâti. C’est notamment le cas pour l’hirondelle rustique et l’hirondelle de fenêtre.


  • L’hirondelle rustique (parfois encore appelée « hirondelle de cheminée ») niche généralement sous les toits des granges, étables ou autres remises, préférentiellement en intérieur (pourvu qu’une ouverture soit toujours présente… !) Les pâturages, le bocage, les prairies et les mares environnants, riches en insectes, constituent son territoire de chasse principal, c’est pourquoi on la rencontre plus souvent dans nos campagnes.

  • En zones urbaines et périurbaines, c’est l’hirondelle de fenêtre qui est plus présente. C’est en effet sur les façades de nos bâtiments, à l’angle des murs et des toits, qu’elle installe préférentiellement son nid, en colonies parfois nombreuses. Elle s’acclimate également bien du milieu montagnard où elle peut nicher à même les parois rocheuses. On la rencontre jusqu’à 1900 mètres d’altitude.