Murin de Bechstein

Myotis bechsteinii

Nom commun : Murin de Bechstein
Nom latin : Myotis bechsteinii (Kuhl, 1817)
Famille : Vespertilionidés – ordre des Chiroptères
Période d’activité / d’observation : observable toute l’année, hiberne en hiver.
Statut réglementaire : espèce protégée au niveau national, espèce déterminante avec critères pour les ZNIEFF en Midi-Pyrénées, en Annexe 2 de la Directive Habitat, quasi-menacée (NT) dans la Liste Rouge France.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Cartographie

Descriptif et particularités

Ce Murin est de taille moyenne : 4-5 cm de long, 25 à 28 cm d’envergure, avec un poids de 7 à 12 g. Il est caractérisé par des oreilles remarquablement longues, dépassant le museau de la moitié de leur longueur, et bien séparées sur le crâne. Les pavillons sont marrons et s’éclaircissent nettement vers la base. La face est glabre, de couleur claire avec des nuances rosées. Son pelage dorsal est brun à brun pâle, tandis que son ventre est plutôt blanc à gris pâle. Il possède autour de la nuque et la base des oreilles un collier roux doré. Il peut être confondu avec le Murin de Natterer, mais son pelage est plus brun et ses oreilles nettement plus longues, bien que plus courtes que celles des Oreillards.

Habitat et écologie

Espèce de basse altitude, le Murin de Bechstein est généralement associé aux vieilles forêts de feuillus étendues et homogènes ; on le retrouve plutôt, dans notre région, dans des jeunes peuplements, fragmentés et de petites surfaces. Il est ainsi défini comme arboricole. Le domaine vital d’une colonie (de petite taille) est en moyenne de 70 à 300 ha, qu’elle explore en utilisant de 30 à 50 gîtes différents, en changeant de cavité tous les deux ou trois jours. Mais c’est une espèce à faibles déplacements (inférieurs à 30 km).

Ce Murin hiberne de fin octobre au mois de mars, il est arboricole si les températures sont douces, et recherche plutôt des cavités souterraines en cas de conditions plus difficiles.

Insectivore, le Murin de Bechstein se nourrit d’une grande diversité d’arthropodes (Coléoptères, Orthoptères, Lépidoptères…) selon la disponibilité saisonnière, qu’il recherche en particulier dans les zones ouvertes forestières. Il sait chasser avec lenteur et habilité, principalement en vol à faible hauteur près de la végétation.

Répartition en Midi-Pyrénées

Présent sur toute la région en faible abondance, il semble néanmoins absent de la chaîne pyrénéenne.

Menaces

Comme la majorité des Chiroptères, le Murin de Bechstein est menacé par la déforestation et la disparition de ses gîtes. La gestion sylvicole (avec le prélèvement du bois mort), la pollution, la construction de routes coupant les corridors écologiques (et augmentant les collisions avec les automobiles), la fragmentation des massifs forestiers qui isole les populations sont des problématiques majeures.

Fiche rédigée par Benjamin Piccinini et Coline Viala - Novembre 2018

Les chauves-souris peuvent-elles occuper les bâtiments ?

Certaines espèces anthropophiles fréquentent les bâtiments, notamment les greniers et les combles en été. Ces mammifères ne « pullulent » pas, les femelles se rassemblent en colonies en été où chacune met bas un seul jeune par an pendant l’été. Elles ne construisent pas de nid et ne rongent pas les matériaux, elles se posent en journée dans des « gîtes », et les seuls traces d’occupation sont leurs déjections… Certaines espèces se logent dans des fissures et d’autres dans des pièces volumineuses, suspendues au plafond ou aux poutres de charpente. Elles peuvent occuper les lieux suivants : toiture, charpente, combles, fissures de façades, volets à battants, linteaux de porte-fenêtre, cheminée, cave ou autres pièces du sous-sol.

Comment cohabiter avec des chauves-souris ?

En cas de présence de chauves-souris, il faut éviter de les déranger et de modifier leur habitat. Si vous avez prévu des travaux, évitez de les faire en période de présence des chauves-souris et évitez toute modification de leur habitat (accès, conditions lumineuses, thermiques, traitements de charpente…).

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Vous pouvez faire des aménagements en faveur des chauves-souris : * Créer des ouvertures sur combles, caves… * Réserver des espaces (linteaux, fissures de façades…). * Installer des gîtes artificiels.* * Créer une mare, planter un verger et des haies d’essences locales. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez nous appeler ou consulter un chiroptérologue du CEN MP : http://www.cen-mp.org/le-sos-chauve….

* Quelques modèles de gîtes artificiels :

Cartographie