Sortie sur les flancs du Monné

Dimanche 9 mai 2021, quelques membres du CL65 se sont retrouvés pour une sortie depuis Bagnères de Bigorre.

En petit groupe de 7, nous sommes partis ce dimanche depuis le haut du vallon du Salut en montant par les allées dramatiques. Nous avons commencé à y observer des plantes tout au long de la montée : le saxifrage hirsute, le sanicle, la parisette.

La montée défile au rythme de chacun.e. Une photo par-ci, une photo par-là, discussion au bord du chemin, écoute d’oisillons au creux d’un grand hêtre. Une fleur de houx mâle attire notre attention, trouvons la fleur du houx femelle ! Cette idée a vite été oubliée par tant d’autres observations.

Au chant de la fauvette à tête noire, nous quittons la forêt pour monter vers le Tucou, dans une vaste prairie calcaire. Au-delà des fougères, plein de fleurs colorent la montagne : des globulaires, des gentianes occidentales, des vélars (au parfum agréable), des scilles printannières, et quelques orchidées : Dactylorizha maculata, Orchis mascula, Ophrys insectifera, Cephalanthera longifolia. Poussant dans les rochers, nous observons le millepretuis numulaire (numulaire en rapport avec les pièces de monnaie).

Nous nous arrêtons pique-niquer à l’abri du vent sous un hêtre, et à l’abri de quelques gouttes de pluie. Heureusement, nous pouvons continuer la balade, la pluie ne s’est pas installée.

Nous montons donc sur le Tucou, petit sommet juste à côté, et surplombons la ville de Bagnères de Bigorre. Nous pouvons observer au Nord la plaine, Tarbes et ses grands bâtiments et l’aéroport d’Ossun, un peu plus à l’Ouest de Tarbes. Au Sud, nous voyons le Casque du Lhéris et le Montaigu.

Nous poursuivons la balade vers les flancs du Monné, à nouveau sous le couvert forestier. Nous goûtons quelques jeunes feuilles de hêtre, acidulées, et quelques jeunes pousses d’épicéa, très goutues !

Nous décidons de redescendre tranquillement en empruntant un autre chemin qui rejoint la prairie où nous avons eu la chance d’observer des fritillaires des Pyrénées, et la valériane montagnarde.

Dans la forêt, on observe rouge-gorges et merles puis rejoingnons le conservatoire botanique où sont garées les voitures. C’était un beau moment partagé !